LA CRYPTE D'OSCAR

Le Monde Du Paranormal et des Mystères
 
AccueilPortailÉvènementsS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  La Bête de Béré ....

Aller en bas 
AuteurMessage
Dexter 13
Esprit Timide
Esprit Timide
avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 11/10/2017

MessageSujet: La Bête de Béré ....   Lun 13 Nov - 22:27

La Bête de Béré
La Meilleraye-de-Bretagne, Loire Atlantique (44)


Près de la Meilleraye (Canton de Moisdon-la-Rivière), a 20 kilomètres au sud de Châteaubriand se trouve le dolmen du Perron, appelé aussi « Pierre des Gaulois ». Cet ensemble de mégalithe a très mauvaise réputation et au XIXe siècles des paysans de la région voulurent le détruire, afin d’y chercher un hypothétique trésor. Ils avaient à peine commencée leur besogne qu’une mystérieuse bête apparut. Le lendemain, ils furent retrouvés mort dans leurs lit. Depuis, ce dolmen est aussi appelé la « Pierre criminelle ». La créature mystérieuse gardienne du lieu sacré, c’est la bête de Béré, un esprit élémentaire qui prend la forme d’un animal monstrueux. On dit que, de nos jours encore, cet esprit gardien rôde toujours aux abords du dolmen, dès la nuit tombée. Dans les années 1970, un paysan ayant une ferme à proximité du dolmen, rapporta qu’un soir, alors que la famille était attablée, un animal énorme ne ressemblant ni à un chien et ni à un loup, entra dans la cour principale de l’exploitation, affolant les bestiaux. Il n’avait pas eu le temps de sortir avec son beau-frère, armés de leurs fusils, que la bête avait détalée. Il rapporta qu’elle était grosse comme un veau, et avait une allure féline. Elle prend parfois l'apparence d'un chien aux longs poils gris noirs, ou celle d'un porc vautré au creux d'un fossé et grognant à votre approche. D'autres fois elle semble un chat jonché sur les héris à pourceaux, ou un poulain au galop inégal, ou une bique qui dévale un talus, les tétines traînant par terre.

Marie Glédel, vous en parlera : « je la vis qui s'apparut à moi, comme je sortais. Elle était grosse, grosse et toute noire. Elle se mit à me suivre et à courir après moi, que j'arrivais toute essoufflée chez le gars Jean qui vint me reconduire : pourquoi je lui donnais un de mes bonbons, tant j'avais peur ! ». Il faut la croire, Marie Gledel. Ce n'est pas une fanatique ni une visionnaire. Et puis Marie Guérin, de la Mercerie, la vit aussi un soir. « La bête parlait et menaçait. Ce jour-là elle était blanche, bien longue et grande comme un gros chien » Une autre fois, c'est Yvon Gérard, un fort gaillard de la Bricaudière, qui l'a rencontré, à l'autre bout du pont rustique sur la Chère, à hauteur du Moulin Neuf : un gros mouton gris semblait disposer à lui barrer le passage. L'homme et la Bête luttèrent longtemps, au corps à corps, jusqu'à ce qu'ils arrivent à une sorte d'échalier contre lequel la Bête acculée ne pouvait se mouvoir. « Tu m'as vaincue aujourd'hui. Lâche-moi donc. Mais que je ne te trouve pas une autre fois sur mon passage, et garde toi de sortir après le soleil couché » lui dit-elle avant de disparaître. Quelques temps après le téméraire Yvon en mourut, de fatigue et de terreur, plus que de maladie.

La Bête de Béré se promène souvent dans les carrois des cantons. Et qu'importe si ces carrefours s'appellent « Allée des Soupirs », « Rond des Dames » ou « Avenue de la Comtesse » : la Bête de Béré ne respecte rien. On la trouve même attendant ceux qui, enhardis par les fumées du cidre, la cherchent pour se mesurer avec elle. Noël Biton, le bûcheron de la Forêt Pavée, un charbonnier d'une force et d'une taille peu ordinaire, en perdit la voix et rentra chez lui ruisselant de sueur et les membres brisés. Huit jours après il était mort.

Peu d'hommes ont réussi à lui échapper quand elle voulait les noyer dans le ruisseau de la Galissonnière, ou dans l'étang de la Courbetière, ou dans une simple mare. Une fois, il y a fort longtemps, les hommes de la Brichetière, de Montbaron et du Petit Chêne en Issé se réunirent un soir, armés de fourches, de faulx et de hansards. Avec des scapulaires au cou, des chapelets dans les poches et du romarin béni à leur chapeau, ils allaient chasser cette bête fantastique, qui tous les soirs poussait des cris et des hurlements et passait son museau par-dessus le husset pour voir dans les maisons. Ils étaient une douzaine, réconfortés par quelques gouttes d'eau de vie de cidre : ils ont couru toute la nuit, d'un bout de la commune à l'autre, des cris épouvantables venaient de tous côtés à la fois.

La Bête était ici, et là-bas en même temps, les menant à travers haies, fossés et échaliers, du Petit Chêne aux Rottes-Besniers, des Voyettes-Pineau au pré du Quenard, du moulin de Montbaron ou l'Hôtel Joublin, et toujours ainsi. Du côté de la Quoue-de-l'eau et de la Fontaine-à-Madame, les chasseurs attendaient immobiles, les mains crispées sur le manche de leurs fourches, les yeux dans toutes les directions, quand un hurlement formidable, épouvantable, qui emplit toute la calotte du ciel, partit de dessous leurs pieds. Terrorisés les paysans s'enfuirent.

Il faut tout de même dire que, parfois, la Bête de Béré se montrait conciliante. Elle ne fit qu'accompagner Pierre Roul, de la Guimorais en Meilleraye. Pendant un an, elle fit tous les voyages de Châteaubriant à Nantes dans l'un des paniers de la charrette de Julien Salmon. De tous ceux qui s'affrontèrent à la Bête, le plus célèbre est le gars Renaud Houlard de la Palissonnière. La Bête le terrassa si rudement qu'il chut sur le sol et déchira au genou son pantalon. Mais contrairement aux autres, il vécut longtemps après et conserva comme une relique le pantalon qu'il portait ce soir-là.
Adoncques maintenant, si vous passez le soir par quelques chemins creux, qu'il fasse nuit ou pleine lune, ne vous achoppez point trop si vous trouvez la Bête à carbi-carbaud sur un pont ou un palis, car tous ceux qui ont lutté contre elle s'en sont trouvés vaincus, meurtris, navrés.


Revenir en haut Aller en bas
 
La Bête de Béré ....
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA CRYPTE D'OSCAR :: Divers :: Sciences Et Savoir-
Sauter vers: