LA CRYPTE D'OSCAR

Le Monde Du Paranormal et des Mystères
 
AccueilPortailÉvènementsS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le récit d’un calvaire : 28 ans d’horreur

Aller en bas 
AuteurMessage
Dark-Angel
Maitre des Esprits
Maitre des Esprits
avatar

Messages : 1066
Date d'inscription : 10/10/2017
Localisation : Cucugnan les flots

MessageSujet: Le récit d’un calvaire : 28 ans d’horreur   Jeu 9 Nov - 2:44

Lydia Gouardo a été violée mais aussi torturée par son père de l'âge de 8 ans jusqu'à 36 ans. Six enfants sont nés de cette relation incestueuse.






Lydia Gouardo a 8 ans lorsqu’elle est violée pour la première fois par son père (légal mais pas biologique). Sa belle-mère, Lucienne Ulpat, vient de la plonger dans un bain d’eau bouillante. Elle frotte ensuite la fillette à l’aide d’une brosse. Lydia voit sa peau partir en lambeaux. Elle est brûlée au 3e degré, des pieds aux hanches. C’est son père qui lui confectionne ses pansements. C’est ainsi que tout a commencé.
Lydia sera violée jusqu’à trois fois par jour, parfois avec des outils (chignole, marteau…). Lorsqu’elle oppose une résistance, son père la brûle à l’aide d’un chiffon imbibé d’acide chlorhydrique. Parfois, avant de la violer, il lui fait renifler de l’éther ou boire de l’alcool. 
Son père ne lui portera jamais aucune marque d’affection.
Après avoir été hospitalisée durant 8 mois, suite à ses brûlures, Lydia est retirée de l’école, elle reste avec son père. Imprimeur, il vend faire-part, cartes de visites… au centre commercial de Beauval, à Meaux, où il a installé son camion. C’est, en effet, dans un appartement HLM de la cité meldoise que Lydia vit avec son frère et sa soeur. Agés respectivement de trois et un ans de plus qu’elle, ils seront, eux aussi, régulièrement violés par leur père. C’est en 1975 qu’ils déménagent dans un ancien corps de ferme à Coulommes, petit village de 400 habitants, situé près de Crécy-la-Chapelle.
A 18 ans, Raymond Gouardo déclare à sa fille qu’elle a désormais l’âge d’avoir des enfants. Il surveille ses périodes d’ovulation et, après chaque viol, il accroche Lydia dans le grenier, les pieds en l’air, « pour que ça prenne bien ». Elle y restait pendant trois jours. « Je faisais pipi dans un seau», précise-t-elle.
Le premier enfant est né alors que Lydia a 20 ans. Cinq autres enfants naissent de cette liaison incestueuse. Tous des garçons. A chaque fois, le père de Lydia l’accompagne à la maternité. Quand les infirmières demandent qui est le père, il répond que c’est lui. Les enfants seront déclarés « de père inconnu ».
«Il voulait avoir des enfants car il n’avait pas pu en avoir avec ma belle-mère», souligne Lydia. Raymond Gouardo ne laisse pas Lydia approcher de ses enfants.
Elle a commencé à apprendre à lire
Le calvaire de Lydia dure ainsi 28 ans. Le dernier viol remonte au 13 novembre 1999, une semaine avant la mort du « vieux », d’une crise cardiaque, à l’âge de 62 ans.
Un an plus tard, elle rencontre Sylvain Skirlo, à l’occasion de sa première sortie en boîte de nuit. Agé de 27 ans, le jeune homme s’intéresse à cette famille si particulière et va aider Lydia à réagir face à cette situation qu’elle pensait, jusqu’alors, être normale. Elle porte plainte et sa belle-mère est chassée de la maison en août 2001.
Il faudra beaucoup de temps avant que les enfants de Lydia la considèrent comme leur mère. « Les mômes m’insultaient », lâche-t-elle.
Aujourd’hui, Lydia vit toujours à Coulommes, avec sept de ses neuf enfants. Elle a, en effet, eu deux enfants avec Sylvain : Amandine, 6 ans et Maxence, 3 ans. Les deux seuls enfants vraiment désirés. Son fils aîné, J.R., âgé de 25 ans, vit à Bailly-Romainvilliers. Il a une petite fille. Son second fils, Bruno, 20 ans, vit en partie chez son frère aîné.
A cause de ses multiples brûlures, Lydia est aujourd’hui handicapée à 80%. Elle vit de sa pension d’invalidité et des allocations familiales. Récemment, elle s’est trouvé un petit boulot : elle cueille et trie des asperges. Elle a aussi commencé à apprendre à lire et à écrire. 
Un des voeux de Lydia s’est déjà réalisé : elle va bientôt pouvoir changer de nom.
Il lui en reste deux à accomplir : que sa belle-mère lui demande pardon et partir de Coulommes. « J’attends les sous du livre pour partir», lâche-t-elle dans un grand sourire.
Séquestrée, violée et torturée par son père adoptif, dont elle a eu six enfants, Lydia Gouardo n’avait parlé qu’à la mort de Raymond, en 1999. Elle vient seulement d’obtenir réparation devant la Commission d’indemnisation des victimes d’infractions (CIVI).
C’est la mort de son tortionnaire qui l’a libérée. Treize ans presque jour pour jour après le décès de son père, Lydia Gouardo s’est vue cette semaine attribuer enfin une indemnisation pour ce qu’elle a vécu pendant 28 ans. Entre 1971 et 1999, Lydia a subi les viols, violences et tortures de la part de son père adoptif, Raymond Gouardo, époux de sa mère décédée peu après sa naissance. Six enfants, six garçons portant tous, en premier, deuxième ou troisième prénom, le prénom Raymond.

A la mort de son père, Lydia porte plainte contre sa belle-mère pour non-dénonciation de crime et agression sexuelle à l’égard de l’un de ses fils, nous a raconté son avocat Me Emmanuel Rabier. «Les faits qu’elle n’a pas dénoncés sont ceux commis par Raymond Gouardo: actes de barbarie, séquestration, viols, violences… qui commencent en 1971. Elle n’avait que neuf ans à l’époque», précise l’avocat, avant de poursuivre: «Cela dure jusqu’à un âge assez avancé, mais puisqu’elle a connu cela depuis toute jeune, sans dire que c’était la normalité, mais c’est devenu pour elle quelque chose de compliqué à lutter, pour se révolter, donc même si elle fait des fugues ou va de temps en temps à la gendarmerie ou au commissariat, c’est très compliqué pour elle de se défaire de son père.»




Raymond Gouardo
La condamnation par le tribunal correctionnel de Meaux, puis en appel à Paris, amène naturellement la jeune femme et son conseil vers la CIVI, «une juridiction qui a l’avantage de ne pas vous imposer les mêmes délais de prescription que sur le plan pénal», précise Me Rabier, qui raconte le processus: «On a engagé une procédure devant la CIVI pour demander une provision, dans un premier temps, puis demander la désignation d’experts pour évaluer son préjudice». Ce dernier est important puisqu’il s’étale sur la durée, avec l’impossibilité pour Lydia d’aller à l’école, de faire des études, une carrière… «Vous vivez tout à fait différemment, quand on regarde sa vie, on se rend compte qu’il y a beaucoup de postes de préjudice à prendre en considération», affirme-t-il.

Les six enfants déjà indemnisés


Lydia et son avocat n’ont pas souhaité communiquer le montant exact de l’indemnisation, qui se trouve au-dessus de ce qu’avait proposé le Fonds de garantie (soit 660000 euros), mais en dessous de deux millions d’euros. Les enfants que Lydia a eus avec son père avaient déjà été dédommagés dans une procédure antérieure: «J’avais fait une demande pour eux parce que c’est un préjudice que de vivre une vie en sachant que vous êtes issu d’un viol. Les six enfants issus d’un viol ont été indemnisés.»
Désormais, Lydia a refait sa vie et a eu deux autres enfants avec son nouveau compagnon. Elle a même raconté son histoire dans un livre, «Le Silence des autres», avec la collaboration du journaliste Jean-Michel Caradec’h. Tout le village de Coulommes (Seine-et-Marne), où elle a vécu, était au courant. Les services médicaux et de l’assistance éducative ont dysfonctionné, ce qui devrait entraîner une nouvelle procédure judiciaire.
Mais pour le moment, «elle est contente de voir la procédure venir à son terme, sauf s’il y a un appel», nous explique Me Rabier. «Lorsque je l’ai vue pour la première fois, elle ne savait même pas qu’elle pouvait obtenir réparation, donc pour elle, ce n’est que du bonus. Le chiffrage n’avait pas vraiment d’importance, c’est son statut de victime qui a été reconnu.»





_________________
Zabou La Gragnotte
Revenir en haut Aller en bas
http://la-crypte-d-oscar.forumactif.com
 
Le récit d’un calvaire : 28 ans d’horreur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LA CRYPTE D'OSCAR :: Divers :: Faits Divers & Histoires-
Sauter vers: